Massage : Ocytocine vs Cortisol

J’explique ci-dessous les mécanismes du stress, comment l’enrayer rapidement et ainsi retrouver un bien-être durable de façon rapide, efficace et gratuite par le massage doux et bienveillant.

La vidéo suivante (4 minutes) résume efficacement l’article qui suit.

Les glandes et hormones en jeu




L’hypothalamus c'est en quelque sorte l'assistante de direction du corps humain. Il reçoit...

  • des hormones via le système sanguin (système endocrine), des messages qui arrivent lentement (comme des lettres) et

  • des impulsions nerveuses via le système nerveux, des messages rapides (comme des coups de téléphone)

… puis l'hypothalamus transmet sa synthèse à la glande pituitaire qui est le chef du système hormonal. La pituitaire transmet ses ordres à toutes les glandes via des hormones.


En cas de stress, de demande d’adaptation, la pituitaire sécrète de l'ACTH (Adreno CorticoTrophic Hormone) qui va stimuler les glandes surrénales (littéralement « sur les reins »). Les surrénales vont sécréter les hormones du stress, à savoir l’adrénaline et le cortisol. À noter qu’en situation de stress extrême (une voiture me coupe la route et je dois piler instantanément pour éviter l’impact par exemple), l'hypothalamus passe par le système nerveux (le téléphone est plus rapide que le courrier).


Le cortisol est essentiel pour résister au stress afin de passer à l’action et éviter la paralysie.


Les 3 phases du stress


Je comprends bien que si j’ai un ours en face de moi, l’adrénaline et le cortisol activent le système lutte ou fuite ! Ce n’est pas le moment de digérer correctement (inhibition des sécrétions digestives), de détoxiner (péristaltisme intestinal en berne notamment) ou d’avoir une réponse immunitaire adaptée face à quelques bactéries (le cortisol a une action anti-inflammatoire). Le cortisol va s’opposer à ces fonctions et ce fonctionnement est parfaitement adapté et utile dans des conditions normales de vie, c'est-à-dire une majorité de vrai repos entrecoupée de demandes d'adaptation ponctuelles et intenses : Je suis en phase d’alarme.


C’est le maintien des conditions stressantes qui pose problème ; En effet, notre société nous invite à une sur-adaptation du matin au soir (rythme de sommeil non physiologique, alimentation délétère, travail stressant, conduite automobile, médias et j’en passe) et donc trop de stress sur le long terme.

Ce stress chronique me conduit au début à une phase de résistance (je tiens encore le coup, mais je sens que je tire sur la corde). D’une part, nombre de mes fonctions vitales sont inhibées par le cortisol. D’autre part, ma capacité à sécréter du cortisol n’étant pas illimitée, mes surrénales peinent à fournir la dose requise.


Si les conditions de stress perdurent, mes surrénales sont épuisées, ne produisent donc plus assez de cortisol, j’arrive dans une phase d’épuisement (je suis en burn-out). Dans ce cas, on ne célèbre pas l’absence de cortisol ! C’est un drame. Avec l’effondrement du cortisol, on voit un effondrement de son action anti-inflammatoire et l’inflammation explose. Et puis je n’arrive plus à m’adapter, à résister au stress, je n’arrive plus à passer à l’action, je suis comme paralysé.

Que faire ?


Je ne peux pas faire l’économie d’un changement de rythme de vie sur le long terme pour réduire les facteurs de stress et revenir à un rythme de vie physiologique. Toutefois, j’ai conscience que ces changements peuvent prendre du temps.


S’il n’y a pas grand-chose qui s’oppose au cortisol dans le corps humain, il y a quand même une bonne nouvelle, c’est que l’ocytocine sécrétée par l’hypothalamus, puis excrétée par la pituitaire inhibe la sécrétion de l’ACTH et qui dit moins d’ACTH dit moins de cortisol sécrété.


Pour augmenter les sécrétions d’ocytocine, vous pouvez faire preuve de générosité, de bienveillance, être présent, etc., l’idéal étant de coupler ces qualités avec un contact physique. En effet, grâce au massage empathique, au contact physique bienveillant, le massé (comme le masseur d’ailleurs) sécrète(nt) de forts taux d’ocytocine. Au passage, caresser un animal permet de sécréter de l’ocytocine également !

Ce n’est pas la technique qui compte, c’est la bienveillance, la bonté, la compassion et l’amour, l’ouverture de cœur, la volonté qu’a le masseur à vous faire du bien. Même sans mouvement, un simple contact physique bienveillant comme un câlin affectueux ou une main posée sur l'épaule induit une sécrétion d’ocytocine en quelques secondes seulement.


Ce que je vous partage, je le vis au quotidien avec mes patients et je l’ai vécu de façon très significative sur deux périodes de ma vie :

  • Après des années de migraines et autres maladies récurrentes, j'ai décidé de prendre soin de moi. Pendant deux ans, je me suis fait masser une fois par mois pendant 3 à 4 h par un thérapeute. Rapidement, j'ai cessé d’être malade, mon niveau de stress a chuté et mon bien-être a décollé.

  • Et puis pendant mon aventure autour du monde sans argent, j’ai vécu beaucoup de peur (surtout au cours des premières semaines) et j’ai dû m’adapter en permanence pendant des mois. J'ai longtemps joué au bord du précipice de l'épuisement et la chaleur estivale accablante du désert australien m'a gentiment poussé dans le vide. Une pause s'est imposée à mon arrivée à Bali. J’ai testé chaque jour un nouveau masseur jusqu’à trouver la bonne personne et je suis retourné la voir quotidiennement. En trois semaines, j’étais sorti du burn-out et prêt à repartir à l’aventure !

Aujourd’hui, j’ai personnellement intégré le massage à mon hygiène de vie et le seul critère qui m'importe est la qualité de la relation avec la personne avec qui je réalise cet échange de douceur.


En conclusion… que moi ou mes proches soyons épuisés ou en phase de résistance, je prends le temps de masser et de me faire masser par mon compagnon ou ma compagne, mes proches, mes amis… non seulement c’est merveilleux pour mon corps, mais en plus cela nourrit ma relation avec l’autre.


#massage #ocytocine #cortisol

© 2023 by Benoit FERYN. SIRET : 83936466800013

  • w-facebook